Route de tourbe frison

Sur la trace des patrons, extracteurs et bateliers de la tourbe

Gouden Friese Wouden
 Route de tourbe frison (Cliquez ici pour télécharger la carte)

 L’Itinéraire frison de la Tourbe est un itinéraire en bateau historique et unique au monde. Il est composé d’un vaste système de canaux avec des écluses et des ponts dans le sud-est de la Frise (Pays-Bas) qui fut creusé entre 1630 et 1830 pour le transport de la tourbe. Jusqu’en 1900, lors de l’ascension du charbon, la tourbe qui se compose sphaignes séchées, était un combustible important aux Pays-Bas.

Les dénommés compagnons, les patrons de tourbe associés, organisèrent l’extraction de la tourbe dans les vastes régions des fagnes hautes et basses autour de Heerenveen, Gorredijk et Appelscha. L’Opsterlandse Compagnonsvaart est le principal canal, et aussi le plus réputé, qu’ils creusèrent : de Gorredijk à Appelscha, à la frontière avec Drenthe, sur une longueur de 34 km. La rivière partiellement canalisée, le Tjonger, qui coule d’Oosterwolde en direction de l’ouest jusqu’à Schoterzijl et Kuinre à l’ancienne Zuiderzee (mer du Sud) faisait elle aussi partie de l’Itinéraire de la Tourbe et cela est toujours le cas. L’on creusa également de nombreux petits canaux annexes, nommés « wiken » en frison.

Navigation et vélo
Grâce à la Fondation De Nije Kompanjons van Friesland, les plaisanciers peuvent suivre la trace millénaire des bateliers de la tourbe sur les canaux, les petits canaux annexes et les rivières jusqu’à Drenthe et Overijssel. Pour ceux qui veulent totalement s’immerger dans le passé tumultueux et contrasté de l’univers des sphaignes et de la tourbe, nous conseillons de visiter les musées de la tourbe à Nij Beets, Gorredijk ou Heerenveen. Un conseil en or : emportez des vélos à bord ou louez-les dans un des villages traversés par cet itinéraire. Toutes les attractions significatives sont accessibles à vélo ou à pied depuis l’itinéraire en bateau.

Les seigneurs de la tourbe
Profitez également de la beauté de la nature très variée sur l’Itinéraire de la Tourbe. Ces paysages ont, entre autres, été créés sur les lieux d’extraction de tourbe que les patrons de tourbe ont délaissés comme des terres sans valeur. Visitez, par exemple, « De Frije Wiken », un domaine naturel composé de pâturages et de quatorze villages à l’est de Heerenveen. Parmi les centres connus, il y a Nieuwehorne, Oudehorne et Jubbega.

Ce qui caractérise ce domaine étendu, c’est la Schoterlandsche Compagnonsvaart, un canal qui n’est plus navigable et partiellement comblé et ayant de nombreux canaux annexes ou « wiken », entre Heerenveen et Hoornsterzwaag. Le nom de ce canal indique qu’il fut creusé par les « seigneurs de la tourbe ».En 1551, réunis dans la Schoterlandsche Veencomgagnie, ils entamèrent la construction des canaux du Heerensloot et du Schoterlandsche Compagnonsvaart. Heerenveen, un site insignifiant, un « vlecke », devint une grande ville prospère grâce à l’extraction de la tourbe.

Le pays du peuple sans horaires
« It lân fan it folk sûnder oeren », c’est ainsi que l’on nomme la zone des « De Frije Wiken » à l’est de Heerenveen. En frison, cela signifie « Le pays du peuple sans horaires ». À l’époque, les extracteurs de tourbe n’avaient pas la moindre notion du temps. Ils ne pouvaient pas se permettre de montres et les horloges des églises étaient hors de vue. Ils travaillèrent entre 12 et 15 heures par jour, et ce, sept jours sur sept et dans des conditions de travail et de vie déplorables. Ils gagnèrent un très maigre salaire et furent forcés de faire leurs achats dans les boutiques des patrons de tourbe ou de se saouler dans leurs auberges.

Domela Nieuwenhuis
Les conditions misérables des extracteurs de tourbe et de leurs familles nombreuses constituèrent une terre nourricière idéale pour les révoltes et le soutien au socialisme néerlandais. Le fondateur de ce dernier fut Ferdinand Domela Nieuwenhuis (1846-1919). En tant que « apôtre des ouvriers », ce pasteur et libre penseur gagna des milliers de sympathisants dans les tourbières frisonnes. Au fil des années, le tumulte a cessé et la prospérité est arrivée. À présent, il règne une paix sereine dans les tourbières abandonnées, comme De Deelen, et dans les forêts, les landes et les prairies alentours avec leurs nombreux canaux. Le temps semble s’y être arrêté.

www.turfroute.nl